Histoire de Mézières Au Perche

A l'époque gallo romaine, le site de Mézières était habité et abritait vraisemblablement une grande ferme.


Le nom Mézières vient de "maceriae" qui signifie "ruines" ou "murs" en latin, car le village s'est implanté ensuite sur les ruines de cet établissement agricole.

Lors du défrichement de la forêt du Perche au moyen-âge, la Beauce a avancé sur le Perche.

En 1300, Mézières était appelée Maceria in Pertico (comme on peut le voir écrit dans le Polyptique de Notre-Dame-de-Chartres).

 

Dans une archive de 1351, conservée au Vatican, ainsi dans des registres de la fin du XVe siècle et du XVIIème siècle, la paroisse était pourtant considérée comme "en Beauce".

Mézières ne porte le suffixe "en-Perche" dans aucun texte, sur aucune carte du XVIIIe siècle ni du début du XIXe siècle. 
Les annuaires du département d'Eure-et-Loir, publiés à Chartres, ne portent, pendant le premier empire, que le nom "Mézières".

Mais, à ce moment, le besoin se fit sentir de distinguer Mézières de ses nombreux homonymes ; on se rappela qu'elle avait fait partie de la Baronnie d'Alluyes, une des cinq baronnies du Perche-Gouet, et, bien qu'elle se fût en Beauce, on la nomma Mézières-au-Perche ; tel est le nom qu'elle porte officiellement, et qui apparaît pour la première fois dans l'Annuaire d'Eure-et-Loir de 1816.

d'après "Annales de Géographie" (1919) - merci au cercle de recherches généalogiques du Perche-Gouet

L’église Notre Dame est située au centre du village sur une légère surélévation du côté sud, due à l’enlèvement des terres du cimetière de ce côté.

La date de construction de l’édifice est inconnue, mais peut être située au XVIe siècle.

Elle est typique de l’architecture religieuse de campagne : le bâtiment rectangulaire est de dimensions assez modestes (25 m x 10 m), avec un chevet plat compris dans le volume général, et couverte d’un toit de tuiles.

 

La couverture a été reprise en 1992 ; à cette occasion, un motif représentant une croix accostée de deux losanges a été alors réalisé avec des tuiles de tons différents.

 

Un clocher-porche à  doubles contreforts, à l’ouest, constitue l’accès unique.
Ce clocher a été édifié en 1929 sur les plans de l’architecte Louis Thévard, d’Illiers.
 

L’intérieur de l’édifice, très simple, est couvert en plein cintre d’un lambris.

 

À l’entrée de la nef, une échelle donne accès à une tribune communiquant avec le premier étage du clocher-porche.

 

Un beau banc d’œuvre* du XVIIIe siècle fait face à une modeste chaire à prêcher. 
(*banc autrefois réservé aux notables)

 La sacristie, côté nord, est accessible depuis la nef.

Le mobilier du sanctuaire est très simple : une clôture en bois, et un retable comportant une toile centrale représentant la Transfiguration, avec deux niches peu profondes dans lesquelles se trouvent les statues de saint Jacques, à gauche, et saint Sébastien, à droite.
Une curieuse statue de saint Louis, vêtu d’une chasuble à fleurs de lys, vient compléter l’ensemble.

d'après un texte de la "Fondation de Sauvegarde de l'Art Français"

Le village de Mézières au Perche possédait sa propre école communale (bâtiment de l'ancienne mairie et actuelle salle communale) , qui est aujourd'hui fermée (depuis 1963).

  • prefecture eure et loir
  • Communauté de communes du bonnevalais
  • pays dunois OK
  • syndicat enregie OK

Contacter la mairie

Adresse

© Copyright 2020 par mairie de Dangeau - créé avec Wix.com

Tel: 02 37 96 77 10

Email : mairie.dangeau@orange.fr

10 rue de la Mairie

28160 Dangeau